Accueil » Actualités » Le Blog de Raymond » Articles Raymond

Catégorie : Articles Raymond

Caricature de démocratie locale

Caricature de démocratie locale

Concertation inexistante

 

Il avait une commission municipale dédiée au Projet Local d’Urbanisme. Commission élargie à tous les membres du conseil.

D’où l’illusion que j’aurai pu y faire bouger les lignes en revenant il y a un an conseiller municipal. D’où les amendements et les propositions de vote que j’avais engagés en conseil, quand il s’avéra en mars que les solutions au stationnement, aux logements sociaux, à la possibilité de construire prévues par le cabinet OMLB n’avaient même pas été concertées et à fortiori négociées avec les propriétaires des terrains concernés.

Inacceptable cette démarche qui s’opère à l’insu des gens !

Après que la délibération contestable soit retoquée en juin, on pouvait croire que la commission spécifique PLU puisse participer pour corriger des erreurs, chercher d’autres alternatives…

Elle ne sera réunie à la fin, que pour entendre la deuxième version concoctée.

Le summum fut atteint le 19 décembre quand le Maire révéla en séance que la deuxième version était le résultat d’échanges de mails avec le cabinet d’études OMLB et les services de l’Etat !!

Court-circuitée la commission municipale spécifique !

Demeurent les vraies réponses à trouver, mais aussi l’amorce d’une réflexion sur le devenir des terres abandonnées, en friche, jouxtant le village mais aussi en plaine comme le mentionnaient dès 2002 les conclusions du rapport demandé par cette même municipalité au Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement.

Pourquoi deux tentatives d’intimidation ?

Pourquoi deux tentatives d’intimidation ?

Je suis devenu insupportable au conseil municipal de NEFFIÈS, au premier adjoint notamment. On n’y aime pas l’indépendance d’esprit ni les votes contraires, voire l’impertinence de questions orales. Soit.

Au printemps j’eus droit à une tirade similaire d’une élue prêtant sa voix. Lors du conseil municipal du 17 juillet, plusieurs pages furent lues, mais cette fois-ci sans prête-nom.

Dès que le compte rendu de ce conseil municipal sera visible sur le site internet de la commune, chacun pourra juger sur pièces l’acidité des propos. Toutes les personnes présentes ont remarqué le silence assourdissant des autres élus présents dont le Maire.

Le motif réel des imprécations du premier adjoint fût d’avoir à me donner une copie du CDROM contenant le dossier du Plan Local d’Urbanisme, car quelques jours plus tôt, la CADA (Commission nationale d’Accès aux Documents Administratifs), avait statué à ma demande.

J’avais demandé ce dossier en conseil municipal et face au refus renouvelé malgré une lettre recommandée au Maire et à ses adjoints, en donnant les références légales justifiant cette demande et qu’ils pouvaient vérifier à souhait.

Comme le délit d’opinion reproché (élu insoumis) n’existe pas, le motif supposé n’est pas à mes yeux une intimidation envers moi mais à destination d’autres élus…

Diatribe ruminée

Diatribe ruminée

Ce 17 juillet 2017, j’ai eu droit à une diatribe peu spontanée de six pages contre moi, en fin du conseil municipal.

Pour le premier adjoint qui affirme aimer l’impertinence, mon insubordination est insupportable.

Au moins cette fois-ci, il a assumé de lire son texte sans avoir recours à une tierce personne, avec toujours le même travers d’utiliser des allusions envers des personnes absentes ou qui ne peuvent pas lui répondre en séance…..

Ce qui lui est insupportable, c’est que la CADA (commission nationale d’accès aux documents administratifs) ait tranché et que le Maire ait dû me donner, le 13 juillet, le cd-rom du cabinet OMLB sur le PLU.

Ce disque contient TOUS les documents du PLU et surtout les documents de diagnostic et les plans de zonage que l’on rechignait tant à nous montrer.

Ces documents sont fort intéressants et riches d’enseignements sur la manière dont nos élus décideurs voient notre village et leurs habitants.

Je mettrai gracieusement ces documents à la disposition de tous les citoyens qui m’en feront la demande.

raymond.martin @ neffies.fr

Copie à revoir

Le travail expert sur le Plan Local d’Urbanisme de NEFFIÈS réalisé par nos chers cabinets n’a pas été accepté tel quel par les services de l’État. Le 22 mai, il y a eu un vote de  » retrait  » de cette délibération du 20 mars pour y apporter des retouches et corrections

Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles

réflexion désabusée du grand écrivain suisse alémanique Max Frisch

Quand on ne souhaite plus être associé à une situation que l’on n’approuve pas, il faut rompre le silence et prendre ses distances.

Chacun se trouve un jour ou l’autre confronté à l’exercice difficile de décider jusqu’où il peut accepter. Dans la vie amoureuse mais aussi dans la vie citoyenne.

Celà peut se traduire de diverses manières : en se désolidarisant par écrit lors des événements de CHARLIE, puis en se déclarant indépendant (cm du 19 décembre) comme je le fis ou comme mon beau-frère Jean-Luc de manière plus forte en démissionnant.

Se taire c’est accepter.